La Vivante Urgence

Il était une fois… la pensée d’un mental qui nous assaille… et qui semble avoir toujours le dernier mot !

Il y a en nous une énergie du Vivant que nous ne laissons pas oeuvrer, à laquelle nous ne nous ouvrons pas, c’est l’urgence… nous ne ressentons pas l’urgence de notre libération, l’urgence de notre bonheur, de notre paix, de notre joie et de notre soif d’amour. Nous n’éprouvons pas non plus l’urgence des conséquences bénéfiques qu’engendrerait ce don pour le monde.
Nous ne sommes pas une victime, les situations et les sensations ne nous agressent pas, elles nous poussent, elles nous tirent, à reconnaître notre impuissance à contrôler les évènements, pour que nous puissions simplement les laisser nous porter.
Oui, il y a un immense courage en nous, une fantastique détermination, une brulante soif de Vie portée par l’intelligence créatrice du Vivant, laissons lui la place !
Lorsque nous avons la sensation que notre pensée nous tourmente, laissons-nous descendre dans le refuge bienfaisant de notre coeur, laissons lui la place !
La Présence vive du coeur vivant accompagne la Réalité… partout, en tout, pour chacun de nous, laissons-lui la place !

L’urgence engendre le courage, et le courage porte la confiance. Quel tout magnifique !
Voici un instant ordinaire… extraordinaire !

Bookmarquez le permalien.

2 Comments

  1. Bonjour Irina

    J’aime beaucoup ce texte « la Vivante urgence » !
    « nous ne sommes pas une victime…….reconnaître notre impuissance……l’urgence engendre le courage et le courage porte la confiance.. » !

    C’est juste, beau et accessible par cet élan, cet appel, ce feu, peu importe le nom, mais qui est la priorité qui prend toute la place ! En fait c’est comme le sentiment amoureux, il est gratuit, personne ne le possède, et pourtant il s’impose de lui-même , il remplit tout ! Il s’agit simplement de tomber amoureux de ce qui nous porte toujours ! La pensée dégringole de son piédestal, que sont les mots face à la vie qui leur donne vie et vibration ?
    C’est un contact, ce ne sera jamais une pensée qui est linéaire, qui pointe….mais ne vit pas. C’est ouvert et ça ouvre, ça se goûte et se vit….le reste c’est comme le menu d’un restaurant, on le lit mais ça nourrit pas !
    Comme dit Denis : nous nous racontons au lieu de vivre, nous réduisons le vivant en une « histoire » au lieu que l’histoire se transforme en vie.

    Merci de cette urgence si vivante, si première, si simple ! Bonne journée à toi

  2. Merci cher Vincent pour cette lecture si vivante…
    J’aime l’urgence qui accompagne notre désir profond, ce désir est celui de notre Nature s’éclairant de détermination. Que de beauté !
    Bonne journée pour toi aussi, de tout coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*