Notre Divine humanité

11Notre humanité est Divine !
Cette Harmonie, cette Intelligence, cette Sagesse, cet Amour, pouvons-nous croire vraiment que c’est nous seuls qui sommes capables de créer et de cultiver toutes les beautés de ce monde ?
Nous sommes comme des enfants, qui, en découvrant des richesses veulent se les approprier, les avoir pour eux.
Mais si nous les découvrons, c’est qu’elles nous sont déjà données !
Il est dit dans la religion orthodoxe  » Dieu se fit homme, pour que l’homme devienne Dieu  » (Saint Iréné de Lyon né en 130 après Jésus-Christ.)
À chaque instant nous pouvons reconnaître en nous cette majestueuse Réalité. Que valent nos calculs, nos mesquineries, nos projections et nos avidités, devant la grandeur et l’harmonie que nous sommes déjà depuis toujours !
Cette beauté d’un coeur Aimant, nourri de Paix, de Joie et de Gratitude, glorifie la Nature humaine. Notre identité véritable, notre filiation universelle, notre réalisation intemporelle et notre amour inconditionnel sont déjà en nous… comme l’arbre est déjà dans la graine !

Nos craintes et nos culpabilités, nos incompréhensions et nos espoirs ne font partie que d’un rêve imaginaire que nous cultivons « faute de mieux »… parce qu’orienter notre désir de bonheur vers l’extérieur est ce que nous avons appris à faire et que nous croyons juste, nous pensons toujours voguer vers un meilleur rivage.
Cette individualité que nous chérissons n’est qu’une mémoire que nous actualisons… et avec laquelle nous « créons » des images, comme des films pour alimenter des discours sur nous-mêmes et sur les autres.
Il ne s’agit pas de croire quelque chose de nouveau, il s’agit de reconnaître notre Réalité notre Vérité ici, tout de suite !

Rester en « contact » avec nous-mêmes, ressentir et voir notre appartenance à cet instant, avec cet instant, c’est retrouver le « giron » de notre petite enfance, cette confiance pure, ouverte, naturelle d’être simplement présence, dans l’espace de notre ciel intérieur.
Il y a comme un étonnement devant tant de simplicité, l’énergie vivante qui nous anime appelle cette reconnaissance du coeur, notre Nature a soif de s’exprimer en lumière…

L’esprit, affiné par l’appel incessant de la Vérité, capitule, c’est-à-dire qu’il arrive devant l’évidence douloureuse de son inutilité !
C’est un moment étonnant…
Il est vu la peur de lâcher ses concepts, il est vu le refus d’arrêter de s’agiter, il est vu le choix de ses mensonges, il est vu le rejet d’éveil, il est vu la force du pouvoir d’avoir.
Là, il y a un point crucial, une charnière visible : le désir de se « faire » exister… « je suis, donc je suis moi »…
Il est Vu aussi avec acuité que ce ne sont que des mots vides émanant de ma pensée, qui attire mon attention, sans aucun lien avec la puissante soif de mon coeur vibrant.
Cela est ressenti par la Présence comme y apparaissant et y disparaissant, telle la lumière d’un projecteur qui s’allume et s’éteint, mais en aucun cas je ne suis cela !
Alors… l’énergie, fixée sur l’idée du désir de se faire exister se dissout, cela paraît tout à coup incongru, vide de sens. La Réalité est existante sans nous.
L’espace de l’instant est Présence, je suis cet espace, cet instant et cette Présence. Comment notre esprit pourrait-il comprendre et appréhender cette Vérité ?
Je regarde émerveillée l’instant ici se déployer, et je laisse à mon coeur le soin d’inspirer les réponses.
Nous sommes le coeur Vivant de la Divine existence !
Une profonde gratitude m’étreint en laquelle je repose silencieusement.

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*