Le grand consolateur

amis-enfants
Nous avons tous déjà reçu des nouvelles affligeantes, des annonces de maladie pour nous-même ou bien pour nos proches, des annonces de mort d’être cher. C’est toujours un choc, un effondrement, nous nous sentons d’un seul coup dévastés, incapables de projeter une seule idée, un seul mot. Ce premier contact avec la réalité qui nous arrive de plein fouet et pourtant porteur d’un bouleversement bien plus important que l’annonce elle-même !

Voici que nous nous sentons seuls, démunis, vacillants et qu’un cri de refus commence à monter de notre profondeur NON !
C’est là, à cet instant, que tout peut basculer, de la souffrance à l’amour, du refus à l’acceptation, de la peur à la confiance, de la colère à la paix.

Parce que ce non n’est pas le nôtre, il n’est pas la réalité de ce que nous Sommes.
Il est le langage de notre peur, le doute de notre pouvoir, l’aval de notre non-amour, l’image d’une pensée. Il est cette protection que nous créons face à la réalité, comme le jeux d’un personnage qui aurait le pouvoir de s’en protéger, de s’en éloigner, de s’en détourner parce que la réalité lui semble injuste, et peut le faire souffrir.

Oui, cette situation arrive, elle est là, incontournable, juste à cet instant pour moi, c’est indiscutable, pourtant je la refuse, et je vais mettre en action tous les processus qui vont appuyer ce refus, physique, émotionnel et mental.
C’est cette division, ce conflit, ce mensonge avec nous-même qui nous embourbe dans la souffrance. Nous sommes devenus notre propre ennemi, nous n’écoutons plus en nous que ce qui nous fait du mal, nous projetons les volontés de notre monde sur la vérité telle qu’elle est.

Pourtant, notre cœur qui pleure sait aussi consoler, curieusement il sait nous aimer au milieu des pires tumultes, il sait apaiser notre esprit en libérant notre confiance du joug de la peur. C’est le lieu d’abandon de notre armure, nous pouvons nous y lâcher et laisser la chaleur de son amour nous donner l’énergie nécessaire pour répondre à toutes les situations avec justesse. L’amour en nous sait donner, sait trouver les mots et les actions appropriées.

Il y a une humble douceur dans l’évidence que nous ne portons pas seuls toutes les situations, que nous ne sommes pas toujours responsables de tout ce qui nous arrive. Il y a une tendresse qui enveloppe toute la peine que nous éprouvons, et qui grandit avec notre accueil, notre ouverture, notre acceptation.
Nous écoutons et croyons ce que dit notre pensée vagabonde, mais ressentons-nous vraiment ce que veut notre cœur ? Ce n’est pas l’un ou l’autre, notre cœur est le seul point stable de notre être, le seul point d’appui qui accompagne toutes les situations que nous pouvons vivre. Il est le centre intime de tous nos sentiments, la Source de notre plus grande richesse qu’est l’Amour.
Notre cœur d’enfant savait goûter le bonheur en se reliant à l’amour et à la liberté, ce coeur est toujours le même, il n’a jamais cessé de nous offrir son merveilleux pouvoir d’être attentif, d’être patient et d’être consolateur.

NOUS SOMMES, et notre Cœur a le fabuleux destin de nous enseigner l’Amour !

L’Amour rayonnant illumine tout à son contact, et notre cœur est déjà l’Amour incarné, tournons-nous vers lui, et restons avec lui Vivant de son Amour.

De la peinture au Divin

La beauté d’un coeur ouvert !
La beauté de la confiance vivant d’amour !
Gratitude !

Atteinte d’une maladie rare, Frédérique Lemarchand joue l’équilibriste entre la vie et la mort. Plusieurs expériences au contact du divin lui ont donné une force et une sensibilité hors-du-commun… Un magnifique témoignage que je vous invite à découvrir !

Pour aller plus loin Frédérique Lemarchand à publier « Cantique du coeur »

L’éveil !

15

S’ÉVEILLER C’EST SE RETROUVER DANS LE CONCRET…

Bien que l’on n’en soit jamais sorti, l’éveil nous fait vivre une relation directe avec la Réalité présente de ce monde, et cette Réalité est incontournable… Nous lui appartenons, nous en faisons totalement partie !
… Pourtant, nous désirons, espérons et essayons de la manipuler pour la faire entrer dans les critères de tous nos conditionnements. Continue reading

La Richesse naturelle

16

LA RICHESSE DE NOTRE COEUR NOUS NOURRIT BIEN PLUS QU’AUCUNE « CHOSE » NE POURRAIT JAMAIS NOUS APPORTER.

La Richesse est là déjà en nous à nous crier sa soif de nous donner… nous entendons ses cris, mais nous pensons que cet appel peut être « comblé » par l’avoir.

De jour en jour… de minute en minute… nous cherchons ce qui peut nous rendre heureux et que « faire » pour avoir plus de bonheur.
Nous croyions que les biens matériels, les biens spirituels ou les biens affectifs vont finir par apaiser nos manques et nos frustrations. Continue reading

Gratitude


Une joie enfantine danse dans mon coeur, j’aime Dieu, de tout mon coeur j’aime Dieu !
Mais je l’aime dans l’abstrait, dans l’impossible… dans l’intouchable, dans l’invisible…

Pourtant, il est là partout ! Au plus près du concret, partout où mes yeux se posent…
Partout où les sons me touchent… Partout… tous les sens proclament sa présence ! Continue reading

Inspiration du coeur

OO4La surface qui s’agite ne trouble aucunement la profondeur…
Pas un instant la Paix ne nous quitte, nous nous croyions séparés, mais quoi que l’on fasse la Joie est toujours à la porte de notre coeur, la Joie et la Paix ne viennent pas de l’extérieur, elles sont déjà là, sans aucune condition, c’est notre Être véritable et heureusement !
Car autrement il faudrait l’acquérir… le gagner… peut-être… un jour… si…
Mais non ! nous sommes inspirés par notre coeur dans les moindres détails de notre vie, et cela à chaque instant.
Notre coeur nous souffle nos plus justes pensées, il est à l’origine de nos plus belles réalisations, il nous inspire nos plus chaleureuses rencontres.
Nous prenons cela pour banal et peu intéressant, pourtant c’est toujours notre coeur qui nous dirige… et c’est Merveilleux de le Voir !
Bien que nous n’y prêtions pas d’attention, notre coeur et le seul pilote à bord !…
Vivre c’est ressentir… c’est vibrer… c’est aimer… c’est bruler d’Amour !
Nous retenons nos sentiments… nous ignorons notre ferveur… et nous imaginons des peurs qui font peur !
Il n’y a rien à chercher en dehors de nous, nous sommes ce que nous cherchons, rien ne peut nous séparer de l’Éveil, il n’y a que des mots imaginaires qui nous disent le contraire, et auxquels nous donnons notre foi !
Ouvrons nos yeux du coeur et voyons ce qui peut nous séparer de nous-mêmes…
Juste des idées… que des idées…