Vie de Sainte Chiara Luce – vidéo

jeune fille italienne (✝ 1990)
Chiara Luce Badano béatifiée le 25 septembre 2010 – une jeune fille de 18 ans née à Sassello (région de Savone) en 1971 et morte en 1990 d’un ostéosarcome, au terme d’une vie marquée par une foi lumineuse et par l’adhésion à la spiritualité du mouvement des Focolari.
La cérémonie de béatification, joyeuse et toute en profondeur, a été présidée par le préfet pour les causes des saints, Son Excellence Mgr Angelo Amato, envoyé spécialement par le Pape Benoît XVI. “Une jeune fille au cœur cristallin”: c’est ainsi que Mgr Amato définit Chiara Luce dans son homélie. “Une jeune fille moderne, sportive, positive, qui, dans un monde plein de bien-être, mais aussi souvent malade de tristesse et d’absence de bonheur, nous transmet un message d’optimisme et d’espérance », poursuit-il.
« Chers amis, seul l’Amour, avec un A majuscule, apporte le vrai bonheur! C’est ce que montre une jeune fille qui a été proclamée bienheureuse hier ici, à Rome. Je parle de Chiara Badano, une jeune fille italienne née en 1971, qu’une maladie a conduite à la mort à un peu moins de 19 ans, mais qui a été pour tous un rayon de lumière, comme le dit son surnom: «Chiara Luce». Sa paroisse, le diocèse d’Acqui Terme et le Mouvement des Focolari, auquel elle appartenait, sont aujourd’hui en fête, et c’est une fête pour tous les jeunes, qui peuvent trouver en elle un exemple de cohérence chrétienne. Les espoirs, les conquêtes et les faiblesses de cette jeune fille, jusqu’au moment crucial de la maladie. «Pourquoi, Jésus?» se demande-t-elle devant cette immense douleur, puis la réponse: «Si tu le veux, je le veux aussi.»
Ses dernières paroles, de pleine adhésion à la volonté de Dieu, ont été: «Maman, au revoir. Sois heureuse parce que moi je le suis». Élevons notre louange à Dieu parce que son amour est plus fort que le mal et que la mort; et remercions la Vierge Marie qui conduit les jeunes, même à travers les difficultés, et les souffrances, à aimer toujours plus Jésus et à découvrir la beauté de la vie. »

Si tu savais le don de Dieu !

paradis

Le Coeur de Dieu baigne le monde…
L’Amour baigne le monde et le coeur de l’homme enfanté par Dieu…
Le Coeur de Dieu porte TOUT et TOUT est l’Amour de Dieu !
Ainsi est l’homme, TOUT en L’UN !

L’idée d’exister est née avec le mensonge d’un devenir.
Nous sommes Dieu sans le savoir, en voulant le devenir, nous courrons sans fin !…
Se cacher de la Réalité pour ne faire que sa propre volonté.
« Le Paradis n’est plus Dieu, car je veux et je peux le concevoir »

Alors, se voiler, pour ne pas se dévoiler !
Fermer son coeur, pour garder en soi, pour soi, ce secret : Le pouvoir de l’imaginaire !
Dieu crée la Réalité du monde et l’homme crée l’idée de pouvoir le changer !

Pourtant…

L’Homme est la Passion de Dieu, la Totalité de son Don,
sa Respiration Amoureuse, son Paradis Éternel, son infini Tout.
Ne détournant jamais son Regard, Il attend avec tendresse que « l’idée meure »
pour serrer dans son Coeur, cette perle d’Amour ne l’ayant jamais quitté, mais qui seulement à crû pouvoir s’en détourer !

Gratitude !

De la chenille au papillon – 2


Textes libres de mon coeur

* N’attendez pas de vous éveiller, veillez plutôt à ne pas vous endormir !

* Fais de ta Vie un Don permanent et tu vivras en parfaite coïncidence avec la volonté divine, dans Sa Paix et dans Sa Joie !

* Nous Sommes Amour et nous l’avons toujours été !
Ceci est la sublime Réalité de notre filiation divine d’appartenance congénitale à L’AMOUR.

* Par la Contemplation nous découvrons que nous sommes Aimés, avec ELLE nous vivons l’Amour inconditionnel, en ELLE Unifiés nous disparaissons.

* Laisser la Place, c’est permettre à « autre chose » d’apparaître…
Et le rêve prend fin dans la Vérité de nos épousailles avec la Réalité !

* La Nature de Dieu c’est l’Amour !
Et notre coeur est le foyer, le vecteur de cet Amour, laissons-le rayonner, laissons-lui la place !

* Être Amour c’est reconnaître et aimer le divin en toute chose, toute personne et tout événement, quel Trésor !

* Il y a une prière du coeur qui jaillit de notre tréfonds, cette prière est une offrande de Confiance à Dieu, sans mot, le coeur se donne !

* Abandonner toute volonté propre, c’est se confier au divin, c’est capituler n’ayant plus d’autre issue et sans retour possible en arrière !

* Si je reçois CET AMOUR pour ÊTRE et TÉMOIGNER, toute chose reçoit LE MÊME AMOUR pour ÊTRE et TÉMOIGNER. Ainsi nous sommes UN PAR CET AMOUR.

* Libre, ouvert et sans désir, le désir divin devient notre désir !
Attentif, doux et offert l’Amour divin peut rayonner en nous !

* La contemplation c’est laisser l’Amour divin inonder toutes les rives de notre pensée et se laisser porter confiant par SON courant.

* Se répandre, s’étendre en paroles et en actions c’est activer et maintenir son « personnage » sur le devant de la scène.

* Nous cherchons des sensations et des émotions intenses au-dehors, alors que notre cœur est un brasier vivant d’amour qui ne peut s’éteindre.

* Ouvrons et permettons à notre cœur d’être l’écrin où Dieu peut s’exprimer et déployer tous les Trésors de son Amour !

* Le divin peut nous montrer son Amour si nous partageons le même instant, le même temps. La Présence est le temps de cet Amour partagé !

* Notre Nature profonde est l’Amour, nous pouvons en jouir ou l’ignorer, nous pouvons l’exprimer ou le refouler, c’est notre choix d’humain !

* La »mort »de l’ego c’est l’offrande au divin de l’idée même d’être seulement soi. Alors, notre Père ressuscite notre COEUR à l’unité d’Amour.

* Tout sacrifice peut devenir une offrande lorsqu’il est transmuté par le cœur en don d’amour, honorant ainsi le divin avant tout.

* Le Christ a pris notre humanité pour nous ouvrir la porte de son coeur, ainsi nous accédons et partageons l’Amour de son Père, notre Père !

* Tourner continuellement les yeux vers le visage du Christ qui s’offre à notre coeur, c’est vivre SA parole et recevoir SA paix !

* L’unique véritable bonheur, c’est s’en remettre à la volonté Divine, à l’écoute du cœur !

L’AMOUR EST NOTRE NATURE

La beauté intérieure est si grande que nos yeux se ferment pour y demeurer en Contemplation !

Le coeur exulte d’une Joie paisible, tout à son Amour, il s’abandonne toujours davantage…

Le temps d’Aimer à remplacer le temps des doutes, le temps d’Aimer a pris toute la place !

La Présence vive épouse l’espace d’Ouverture Aimante et s’y dissout, totalement unifiée.

L’Instant brille de toute sa Réalité Sacrée, dans une immobilité mystérieuse et Vivante !

C’est si Grand, si Puissant et si simple et humble à la fois que l’être chavire de Gratitude !

Les mots n’ont plus cours, ils sont inutiles, le goût du Vivant, les saveurs vécues de tous les sens, s’expérimentent naturellement sans saisie.

L’AMOUR EST NOTRE NATURE, NOTRE IDENTITÉ, L’EXPRESSION DE LA VIE QUI NOUS ANIME !

Que s’est-il passé pour que nous l’ayons oublié ?

Quelle est cette chape de croyances que nous nous infligeons ?

Nous portons notre misère étouffante comme un carcan inévitable.

Quelle est cette individualisation qui proclame détenir le droit de savoir tout sur tout !

LE COEUR SAIT, LE COEUR PEUT, LE COEUR DÉSIRE…

ET LE COEUR A MAINTENANT L’ENVIE DE GRANDIR ET DE S’OUVRIR

Gratitude !

CONTEMPLATION

SOLEIL
La Contemplation c’est l’actualisation du sentiment d’Amour.
C’est l’adhésion permanente au Vivant de la Présence.
C’est la parfaite coïncidence de notre coeur avec le monde.
C’est l’union intemporelle de notre Confiance et du désir Divin.
C’est la rencontre brûlante avec notre soif d’Amour inassouvie.
C’est l’instant béni, l’instant sacré, l’instant éternel.

C’est le coeur de mon coeur ouvert, offert, abandonné, ivre de son propre nectar.
C’est l’incomparable dévotion qui inspire mon coeur à l’effacement.
C’est la gratitude qui ravive chaque instant mon sentiment d’appartenance au Divin.
C’est la reconnaissance de Son Amour qui me porte éveillée et sans effort.
C’est par l’oubli de toute volonté propre qu’IL m’oriente dans SON courant généreux.
C’est la réalité expérimentale de la Vérité incontournable qui alimente ma joie.
C’est la saisie de tout mon Être d’une infinie douceur qui scelle ma confiance.
C’est l’échange intime de grands élans amoureux qui étreint mon coeur d’extase.

Ah ! Comme je voudrais convaincre votre coeur des merveilles qui s’y trouvent…
Ah ! Comme la beauté qui jaillit des yeux du coeur efface toute tristesse et toute crainte…
Ah ! Comme c’est simple de se laisser Aimer, il suffit de s’ouvrir au goût de l’Amour…

Mon coeur en Gratitude s’incline.

Le grand consolateur

amis-enfants
Nous avons tous déjà reçu des nouvelles affligeantes, des annonces de maladie pour nous-même ou bien pour nos proches, des annonces de mort d’être cher. C’est toujours un choc, un effondrement, nous nous sentons d’un seul coup dévastés, incapables de projeter une seule idée, un seul mot. Ce premier contact avec la réalité qui nous arrive de plein fouet et pourtant porteur d’un bouleversement bien plus important que l’annonce elle-même !

Voici que nous nous sentons seuls, démunis, vacillants et qu’un cri de refus commence à monter de notre profondeur NON !
C’est là, à cet instant, que tout peut basculer, de la souffrance à l’amour, du refus à l’acceptation, de la peur à la confiance, de la colère à la paix.

Parce que ce non n’est pas le nôtre, il n’est pas la réalité de ce que nous Sommes.
Il est le langage de notre peur, le doute de notre pouvoir, l’aval de notre non-amour, l’image d’une pensée. Il est cette protection que nous créons face à la réalité, comme le jeux d’un personnage qui aurait le pouvoir de s’en protéger, de s’en éloigner, de s’en détourner parce que la réalité lui semble injuste, et peut le faire souffrir.

Oui, cette situation arrive, elle est là, incontournable, juste à cet instant pour moi, c’est indiscutable, pourtant je la refuse, et je vais mettre en action tous les processus qui vont appuyer ce refus, physique, émotionnel et mental.
C’est cette division, ce conflit, ce mensonge avec nous-même qui nous embourbe dans la souffrance. Nous sommes devenus notre propre ennemi, nous n’écoutons plus en nous que ce qui nous fait du mal, nous projetons les volontés de notre monde sur la vérité telle qu’elle est.

Pourtant, notre cœur qui pleure sait aussi consoler, curieusement il sait nous aimer au milieu des pires tumultes, il sait apaiser notre esprit en libérant notre confiance du joug de la peur. C’est le lieu d’abandon de notre armure, nous pouvons nous y lâcher et laisser la chaleur de son amour nous donner l’énergie nécessaire pour répondre à toutes les situations avec justesse. L’amour en nous sait donner, sait trouver les mots et les actions appropriées.

Il y a une humble douceur dans l’évidence que nous ne portons pas seuls toutes les situations, que nous ne sommes pas toujours responsables de tout ce qui nous arrive. Il y a une tendresse qui enveloppe toute la peine que nous éprouvons, et qui grandit avec notre accueil, notre ouverture, notre acceptation.
Nous écoutons et croyons ce que dit notre pensée vagabonde, mais ressentons-nous vraiment ce que veut notre cœur ? Ce n’est pas l’un ou l’autre, notre cœur est le seul point stable de notre être, le seul point d’appui qui accompagne toutes les situations que nous pouvons vivre. Il est le centre intime de tous nos sentiments, la Source de notre plus grande richesse qu’est l’Amour.
Notre cœur d’enfant savait goûter le bonheur en se reliant à l’amour et à la liberté, ce coeur est toujours le même, il n’a jamais cessé de nous offrir son merveilleux pouvoir d’être attentif, d’être patient et d’être consolateur.

NOUS SOMMES, et notre Cœur a le fabuleux destin de nous enseigner l’Amour !

L’Amour rayonnant illumine tout à son contact, et notre cœur est déjà l’Amour incarné, tournons-nous vers lui, et restons avec lui Vivant de son Amour.

BONNE ANNÉE 2016

pommes d'amour

Appréciez cet instant généreux !
Goûtez l’éclat passionné de votre Nature !
Recevez l’Amour dans votre coeur et partagez-le !
Donnez… donnez de la joie et du bonheur autour de vous !
Rayonnez d’allégresse et embrassez le monde !
Confiez-vous à la force et à la douceur du Vivant !
Tout le reste vous sera donné de surcroit !

Que cette nouvelle année vous comble !
C’est mon souhait le plus cher pour tous !

Gratitude !

De la peinture au Divin

La beauté d’un coeur ouvert !
La beauté de la confiance vivant d’amour !
Gratitude !

Atteinte d’une maladie rare, Frédérique Lemarchand joue l’équilibriste entre la vie et la mort. Plusieurs expériences au contact du divin lui ont donné une force et une sensibilité hors-du-commun… Un magnifique témoignage que je vous invite à découvrir !

Pour aller plus loin Frédérique Lemarchand à publier « Cantique du coeur »

De la chenille au papillon – 1

Textes libres de mon coeur

* Demeurer dans le pétillant du Vivant, c’est ne plus rien attendre d’autre et goûter dans l’instant l’inspiration d’Amour qui en émane !

* Faire confiance à l’Amour que nous sommes, s’y abandonner et basculer là où nous sommes, avec ce que nous sommes, en ce que nous sommes !

* Un adulte Accompli ne vit plus aucune frustration, il vit l’Amour !

* La Sagesse c’est de l’Amour éclairé d’intelligence !

* Plaire à Dieu, c’est l’Aimer et être amoureux de toutes les formes qui LE manifeste, ainsi le monde Divin peut témoigner sa Grâce en Tout !

* Le coeur amoureux de Dieu exulte de joie et si l’Amour lui répond… L’extase les réunis !

* Se relier à l’Amour, notre Divine Nature, c’est recevoir comme avec un toboggan un flot intarissable de grâce et de félicité. Gratitude !

* Le coeur sait se donner totalement, entièrement, sans attente, sans contre-partie. Il sait s’abandonner et disparaître en l’Amour-Aimé !

* Si « Je » est la Nature Absolue de toute chose, « Je » ne peux pas être individuel, pensant et se confirmant, il ne peux que Être personne et tout.

* Toute stratégie se situe dans un monde virtuel. Nous n’arrêtons pas d’exploiter des stratégies imaginaires et d’en vivre les conséquences !

* La liberté que nous avons n’est pas dans les choix d’une situation à vivre, mais dans l’appréciation de toutes les situations vécue.

* La pensée dévitalisée de son potentiel aimant-créateur est une coquille vide alimentée de phantasmes virtuels auto-destructeurs.

* Vivre et garder dans son cœur la contemplation ouverte et accueillante, c’est être nu et mourir à toutes les l’illusions du personnage !

* La Vérité de la Paix est un sentiment sacré d’invulnérabilité, ouvert et offert à l’instant Divin tout y est bienvenu, parfait et aimant !

* Être dans la Vérité de l’amour, c’est s’ouvrir au coeur de l’instant et ne plus pouvoir en bouger !

* L’humilité commence par VOIR tout ce qui n’est pas humble en nous. Et c’est insupportable pour l’ego, mais si salutaire pour le cœur !

* Vivre la Vérité du cœur c’est laisser la place à l’Amour spontané qui émane avec intelligence de la puissance d’Amour du Vivant en nous.

* Mon cœur fréquente Jésus et tous les cœurs peuvent le fréquenter, il est si près et il nous aime tant. Nous portons tous cette grâce Divine.

* Lorsque l’espace de notre cœur et l’espace de l’instant coïncide en une concrète et aimante communion, l’Amour resplendi !

* Nous pouvons bien bourrer notre mental de toutes les images d’amour et de tous les discours sur l’amour notre cœur y est absent !

Gratitude !

Château de sable


Château en sable… sable en château !

C’est une alchimie qui se met en place… Une ouverture mystérieuse expose sa clarté !
Cette intimité du cœur EST le Don Vivant, l’instant y apparait et disparait.

C’est la gratitude d’aimer qui aime encore davantage, alchimie de l’UN par Amour,
c’est toute la matière qui exprime l’Amour, quel Don !

CELA apparaît… cela apparaît…
La « forme » s’efface en dévoilant le fond… le fond témoigne et joue les formes…

Il n’y a pas d’autre parce qu’il n’y a personne !
Il n’y a pas de prison parce qu’il n’y a pas de mur !

Gratitude !

Lettre de mon coeur à mon coeur

100 Je suis vivante entre deux larmes qui coulent… mon coeur pleure d’Amour.
Je ne suis aucunement triste… simplement offerte et si fragile !

C’est le Pardon Divin donné inconditionnellement qui me touche au plus profond du coeur.
Cet indicible Amour  qui se donne au-delà de toute notre faiblesse, de toute notre illusion, de tous nos manquements, que je sens m’entourer Continue reading