Archives par étiquette : Vérité

Changer de référentiel

ST

Je viens partager la félicité de cet instant. Je m’incline simplement devant vous et je dévoile mon coeur.
Aussi incroyable que cela puisse paraître, je découvre un monde Vrai. Il n’y a pas de mots assez juste pour exprimer ce ressenti, c’est comme se retrouver dans l’Ouverture vivante immobile de sa propre Présence. Si nous sommes posés sur une roue, à la périphérie le mouvement sera rapide et la vision limitée… en son centre, cela est immobile avec une vision large. Pourtant la roue dans son ensemble tourne, qu’elle aille vite ou lentement le centre reste immobile.

C’est cela CHANGER DE RÉFÉRENTIEL, ÊTRE AVEC au plus près du cœur, au plus près de son coeur… Plus nous nous rapprochons de notre centre plus l’ensemble englobe ce nouveau regard… Ce que nous entendons, ce que nous voyions est alors simplement une éblouissante reconnaissance réciproque.
Tout est si vrai, qu’aucune question ne trouble l’instant.
Nous faisons partie de la Vérité, nous ne pouvons pas nous en éloigner un seul instant. Toutes les beautés et toutes les horreurs dont nous prenons conscience, sont nôtres et sont Vérité. La création Divine est Vérité. La Vérité et Dieu sont UN.
Le monde que nous vivons n’a pas le pouvoir que nous lui donnons, si nous lui ôtons notre attachement compulsif, notre vision d’impermanence apparait comme un reflet changeant dans un Regard aimant, ordonné, stable, où ce qui est parfait l’est de lui même, pour lui même. Le coeur alors se laisse saisir et porter par cette réalité.

Je me suis posé déjà la question de savoir pourquoi je sentais un impératif décrire ce que mon coeur cherche, découvre et assume. Le fait d’être honnête et vrai me donne ce courage.
C’est le désir d’Aimer qui a grandi, et par une mystérieuse alchimie le coeur s’ouvre… se vide d’attachement et se remplit d’Amour en même temps, c’est concomitant. Plus nous nous sentons vivants dans le ressenti chaleureux du coeur, plus notre confiance s’accroît et vit avec cet éclairage nouveau et bienveillant.

Que veut-on VRAIMENT ?
Pour ma part et depuis toujours ce cri intime, c’est vivre l’Amour Divin !

« Si tu savais le don de Dieu… » Jean 4/10

Cette phrase hante mes jours et mes nuits, qu’ai-je fait des dons que j’ai reçus ? Toutes ses années pendant lesquelles l’Amour Divin s’offrait, m’accompagnait et me soutenait… je n’ai fait que saisir des petits plaisirs et m’en servir.
Ô il y a toujours une bonne raison pour justifier telle ou telle attitude, telle ou telle action, avec des mots, des idées, des croyances, des concepts, absolument tout peut se justifier.
Je vois que la distraction fait partie de l’illusion, cela a l’air de remplir un espace que nous avons qualifié de vide… les pensées y batifolent toujours très sérieusement, en créant des désirs et des sentiments contradictoires. Mais ce manque, que nous ressentons, lorsque nous l’avons démasqué n’est pas celui de se remplirent en prenant… mais celui de se vider encore davantage pour recevoir !

« Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l’éprouver : Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ?
– Jésus lui dit : qu’est-il écrit dans la loi ? Qu’y lis-tu ?
– Il répondit : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée et ton prochain comme toi-même.
– Tu as bien répondu, lui dit Jésus; fais cela, et tu vivras. » Luc 10/25.26.27.28

Que dire de plus ?… devant tant d’amour et de simplicité comment ne pas entendre cet appel de tout notre être ?
Quelle distraction pourrait encore nous séduire ? Et comment ne pas tout lâcher en nous abandonnant, pour répondre à cette invite Divine ?
Une profonde étreinte bienfaisante et un sentiment de vastitude nous accompagnent alors…

Passer de la tête au coeur, c’est changer notre référentiel,
C’est s’ouvrir à la Divine exigence, à la Divine Sagesse.
C’est ignorer enfin le poids mort de nos idées et Être Vivant en Amour.
C’est entrer dans le lit nuptial de la Présence Vive.
C’est ouvrir son coeur et y demeurer.
C’est être chez SOI dans la maison de notre Père.

Amen

La Vivante Ouverture

D 01La Soif et le désir d’Être Vrais donnent à notre vie une extrême exigence…

La Soif jaillie du tréfonds, de notre origine, c’est l’appel de notre Nature à l’expérimentation immédiate de la Connaissance.
Le désir d’Être Vrais effondre peu à peu notre édifice, ce que nous avons développé, construit, l’inadmissible mensonge que nous créons.
Dans l’intime, cet inconfort devient souffrance… Plus nous voulons lui échapper, plus notre soif se fait pressante et plus le désir d’être vrais s’intensifie.

Lorsque nous avons suffisamment déterminé ce qui nous isole et nous sépare de la Réalité…
Lorsque nous avons suffisamment démasqué le “raconteur” d’histoire, le “faiseur” de rêve…
Lorsque nous avons suffisamment de dégout pour notre mensonge d’instant en instant…
Lorsque nous avons suffisamment vu qu’il n’y a aucun endroit à rejoindre…
Nous avons l’audace d’ouvrir en nous ce regard de Vérité, qui contemple le simple, le réel, l’ici…

La Soif d’Être Vrais !

Alors, cette détermination fait place à une décision inimaginable,
Lâcher se retenir
Lâcher se maintenir
Lâcher se définir
Lâcher se devenir

Juste lâcher le mouvement vers… et tout s’écroule…

Ce qui apparaît meurt aussitôt !
Ce qui peut-être défini disparaît aussitôt !
La Vivante Ouverture seule est permanente, stable, incorruptible, éternelle !
Le Vivant Soi, libre, tranquille, échappe à toutes conjonctures, à tous conditionnements… EST simplement !

Notre Divine humanité

11Notre humanité est Divine !
Cette Harmonie, cette Intelligence, cette Sagesse, cet Amour, pouvons-nous croire vraiment que c’est nous seuls qui sommes capables de créer et de cultiver toutes les beautés de ce monde ?
Nous sommes comme des enfants, qui, en découvrant des richesses veulent se les approprier, les avoir pour eux.
Mais si nous les découvrons, c’est qu’elles nous sont déjà données !

Il est dit dans la religion orthodoxe ” Dieu se fit homme, pour que l’homme devienne Dieu ” (Saint Iréné de Lyon né en 130 après Jésus-Christ.)
À chaque instant nous pouvons reconnaître en nous cette majestueuse Réalité. Que valent nos calculs, nos mesquineries, nos projections et nos avidités, devant la grandeur et l’harmonie que nous sommes déjà depuis toujours !
Cette beauté d’un coeur Aimant, nourri de Paix, de Joie et de Gratitude, glorifie la Nature humaine. Notre identité véritable, notre filiation universelle, notre réalisation intemporelle et notre amour inconditionnel sont déjà en nous… comme l’arbre est déjà dans la graine !

Nos craintes et nos culpabilités, nos incompréhensions et nos espoirs ne font partie que d’un rêve imaginaire que nous cultivons “faute de mieux”… parce qu’orienter notre désir de bonheur vers l’extérieur est ce que nous avons appris à faire et que nous croyons juste, nous pensons toujours voguer vers un meilleur rivage.
Cette individualité que nous chérissons n’est qu’une mémoire que nous actualisons… et avec laquelle nous “créons” des images, comme des films pour alimenter des discours sur nous-mêmes et sur les autres.
Il ne s’agit pas de croire quelque chose de nouveau, il s’agit de reconnaître notre Réalité notre Vérité ici, tout de suite !

Rester en “contact” avec nous-mêmes, ressentir et voir notre appartenance à cet instant, avec cet instant, c’est retrouver le “giron” de notre petite enfance, cette confiance pure, ouverte, naturelle d’être simplement présence, dans l’espace de notre ciel intérieur.
Il y a comme un étonnement devant tant de simplicité, l’énergie vivante qui nous anime appelle cette reconnaissance du coeur, notre Nature a soif de s’exprimer en lumière…

L’esprit, affiné par l’appel incessant de la Vérité, capitule, c’est-à-dire qu’il arrive devant l’évidence douloureuse de son inutilité !
C’est un moment étonnant…
Il est vu la peur de lâcher ses concepts, il est vu le refus d’arrêter de s’agiter, il est vu le choix de ses mensonges, il est vu le rejet d’éveil, il est vu la force du pouvoir d’avoir.
Là, il y a un point crucial, une charnière visible : le désir de se “faire” exister… “je suis, donc je suis moi”…
Il est Vu aussi avec acuité que ce ne sont que des mots vides émanant de ma pensée, qui attire mon attention, sans aucun lien avec la puissante soif de mon coeur vibrant.
Cela est ressenti par la Présence comme y apparaissant et y disparaissant, telle la lumière d’un projecteur qui s’allume et s’éteint, mais en aucun cas je ne suis cela !
Alors… l’énergie, fixée sur l’idée du désir de se faire exister se dissout, cela paraît tout à coup incongru, vide de sens. La Réalité est existante sans nous.
L’espace de l’instant est Présence, je suis cet espace, cet instant et cette Présence. Comment notre esprit pourrait-il comprendre et appréhender cette Vérité ?
Je regarde émerveillée l’instant ici se déployer, et je laisse à mon coeur le soin d’inspirer les réponses.
Nous sommes le coeur Vivant de la Divine existence !
Une profonde gratitude m’étreint en laquelle je repose silencieusement.

l’Amour d’Aimer

RESTE AVEC TON COEUR ET TOUT TE SERA DONNER

 C’est un retournement… une évidence de fait… j’appartiens à la Vérité, ici même !
Aucun cheveu ne peut nous séparer, ni de l’instant ni de nous-mêmes. Plus qu’une identité, c’est une filiation, nous sommes nourris de Vivant, par le Vivant.

Nous pouvons croire qu’un effort d’abandon pourrait nous ouvrir à cette réalisation, mais nous sommes déjà l’abandon parfait. L’abandon est une expression de notre Nature, chaque instant nous est donné… effacé… et redonné… éternellement !

C’est vertigineux, et pourtant ici, maintenant, est notre sol, notre maison, notre Amour, ici est notre giron. C’est à partir le là, que nous “regardons” le monde, et que nous pouvons y répondre par une action.
Nous sommes le giron universel !

C’est fabuleux ! Il y a une sécurité d’appartenance, nous nous sommes reconnus Vivant dans le Vivant, aimant l’Amour d’Aimer !
Aucune question ne peut surgir, l’évidence d’être simplement nous-mêmes, en contact Amoureux, comble tous nos doutes. L’Amour se reflète dans l’Amour et y est transfiguré !
Notre coeur est le nid de la force, de la beauté, de la connaissance, de la sagesse, de l’amour, et de la compassion…

Prendre soin de soi-même c’est réaliser ce lien, et l’honorer avec toute l’ardente Joie de notre coeur.

Que de bonheur, que de bonheur !
Que de gratitude, que de gratitude !

L’éveil !

15

S’ÉVEILLER C’EST SE RETROUVER DANS LE CONCRET…

Bien que l’on n’en soit jamais sorti, l’éveil nous fait vivre une relation directe avec la Réalité présente de ce monde, et cette Réalité est incontournable… Nous lui appartenons, nous en faisons totalement partie !
… Pourtant, nous désirons, espérons et essayons de la manipuler pour la faire entrer dans les critères de tous nos conditionnements.

« Pas d’accord » veux dire pas en accord avec la Réalité, pas d’accord avec… pas d’accord sûr… pas d’accord pour…
Si nous regardons avec honnêteté, notre souffrance ne vient que de tous ces « pas d’accord » qui martèle notre coeur et notre esprit.
Il ne s’agit pas de ne rien faire si une situation ne nous convient pas, il s’agit simplement de s’ouvrir à la Réalité concrète de l’instant et Vivre la Vérité à partir de cette base qui est notre source, notre ciel…
En laissant nos commentaires… nos idées toutes faites, nous découvrons en nous une Sagesse que nous n’avions pas soupçonnée et qui nous fait agir spontanément avec justesse dans une grande simplicité.
L’action adéquate ne dépend nullement de notre volonté, elle se produit par résonance avec la situation, la Vérité déjà rayonne et s’accomplit !

Le vent passe…
Un orage passe…
Une pluie passe…
Le ciel ne retient rien…

En nous le ciel intérieur est limpide et rayonnant… nos pensées passent… nos sensations passent… nos émotions passent…
La Réalité Vivante est Ouverte…
Notre ouverture, notre adhésion, rejoint, se fond et retrouve la Vérité qu’elle n’a jamais quittée !

« LA MÉTHODE SE DISSOUT DANS LE BUT  » dit Denis
ALORS MÉTHODE ET BUT LAISSENT LA PLACE AU VIVANT !

Libre… Dégagé… Vivant !

17
Le TRÉSOR est tellement grand… inimaginable !…
L’INTUITION est tellement forte… qu’elle habite chacun de mes gestes…
Prendre appui sur cette CONFIANCE est comme une respiration… elle ne peut me quitter…
CELA pousse à rester là… à ouvrir… encore… encore…
L’attention s’enveloppe de douceur et se laisse porter…
C’est comme sortir d’un mauvais rêve… il y a une détente joyeuse… une euphorie bienfaisante…

Je VOIS que je croyais que le monde était à « mon » image, à l’image de mes pensées…
Désirable et repoussant… beau et laid… favorable et hostile…
Balançant entre certitude et doute entre opposition et adhésion ! Infernal… et frustrant !

Toute approche éloigne !
Il y a un FAIT VIVANT, UN FAIT VÉCU…
qui efface toutes les hypothèses !

LE MONDE n’est pas à « mon » image, IL EST tel qu’il EST !
Cela fait une différence énorme !
Je peux le LAISSER ÊTRE… LIBRE ! DÉGAGÉ ! VIVANT !

Ce que je donne… je le reçois, comment cela peut se faire ?… je ne sais pas, mais c’est ainsi !
Libre, Dégagé et Vivant animent toutes mes sensations, comme si soudain la Présence s’éclairait d’une Connaissance innée.
QUI JE SUIS n’existe pas… les questions se sont évaporées avec l’idée d’un QUI…
Ce « QUI » est introuvable !
il reste… LIBRE… DÉGAGÉ… VIVANT…

Vivre l’impersonnel c’est Réaliser la Richesse d’un Bonheur inouï… la Réalité du Royaume de Dieu… au-dedans de Nous !

La Soif

0026

La Soif fabrique des pensées de manque… s’installe alors une quête d’Avoir et de Devenir…
Être Libre de la Soif c’est Demeurer… l’esprit au Repos, le coeur au Repos…

La Source s’offre une illusion magnifique… et la Soif pour s’en découvrir Libre…

Elle s’offre aussi l’Humilité pour se Reconnaitre… et la Confiance pour se Vivre

Alors… avec laissez-faire s’ouvre laissez-Être et avec Avoir Soif s’ouvre Être-Libre

Quel étonnante facétie !

Goûtez !

Woman lying on grass, smiling
Pourquoi ne pas Voir à partir… de la complétude même… nous y sommes !
Cet instant est parfait tel qu’il est… goûtons ce qu’il nous dit…
Croire qu’il nous manque quelque chose… c’est nous maintenir dans une ignorance passive…
Goûter… nous rend acteur… dégustateur… participant…

Goûter c’est l’action de s’ouvrir à une information, à une saveur nouvelle, et à en découvrir sa nature et sa réalité, sans a priori de bon de mauvais, de bien ou de mal…
Nous pouvons gouter les sensations, les sentiments, les impressions, les intuitions, sans barrières conceptuelles, sans appréciation positive ou négative…
Nous pouvons goûter ainsi le parfum d’une relation, la fluidité d’un espace, d’une ambiance, la douceur d’un contact, la force d’une peur…

Nous avons l’habitude d’associer le goût avec un jugement personnel, et c’est là que nous nous piégeons !
Nous associons la pure réalité que nous sommes en train de vivre avec le filtre de la mémoire et de nos conditionnements, perdant ainsi le don de la saveur et du parfum naturellement transmis.
Goûter s’actualise chaque instant sans discontinuité et c’est cela le Vivant… l’expression vivante s’exprime et laisse goûter ses saveurs et son parfum avec une joie infinie… et cette joie est communicative !

C’est incroyable le nombre de découvertes que peut faire un enfant… totalement ouvert à toutes les informations dont il se nourrit pour grandir, l’enfant vit toutes les perceptions en goûtant totalement le bonheur, la tristesse, la peur, les désirs, la joie, la frustration et toute une palette de sensations dans leurs réalités immédiates.
Nous sommes toujours cet enfant tourné vers l’expérience, alors apprécions de tout notre coeur leurs goûts pleinement !

Goûtez cet instant dans tout ce qu’il a à vous dire !
Goûtez la saveur de cette ouverture, de cette rencontre, au-delà de l’apparence…
Ressentez le goût de la tristesse, de la peine, de la joie !
Ressentez le goût de la texture, de la sensation !
Laissez le goût se déployer en vous, dans votre coeur !
Laissez-vous toucher par ce parfum de Vérité !
Laissez ce bain de présence vous porter !
Goûtez…

Quelle Merveille ! quelle Détente ! quelle Joie ! quelle Beauté !

Extérieur et intérieur

0044
Nous avons pris l’habitude de considérer qu’il y a un dedans et un dehors que nous pouvons voir et sur lequel nous avons un certain pouvoir… En restant identifiés à cette croyance, nous créons l’illusion d’un extérieur et d’un intérieur distincts.
Nous croyions que nos pensées sont à l’intérieur de nous, qu’elles nous appartiennent, que c’est grâce à elles que nous décidons des actions à faire ou à ne pas faire dans un monde à l’extérieur de nous, bien qu’elle jaillisse spontanément nous avons l’impression de choisir notre réponse, et de mesurer nos actions.

Nous essayions ainsi de faire coïncider le Monde avec notre monde intérieur… nos désirs, nos espoirs, nos craintes, nos peurs, nos calculs, nos souffrances colorent et voilent fatalement notre relation avec le Monde direct, immédiat, tel qu’il est…

Le Monde dont nous prenons conscience arrive d’un instant à l’autre sans discontinuité… cela apparaît en nous, le paysage a peut-être changé, la vision vue ou ressentie est peut-être différent, mais le fait d’apparaitre, d’arriver est constant, continu, sans début ni fin, l’apparaissant EST LÀ PERPÉTUELLEMENT ! CELA ARRIVE ÉTERNELLEMENT !
Voilà ce dont nous faisons partie, ce que nous sommes, nous sommes ce qui apparaît, cette danse, cette création concrète, constante, et vivante ! Nous sommes cette Vivante continuité !
La Nature UNE apparaît… en formes infinies ni extérieures ni intérieures… quelle Merveille !

Le Monde et notre monde apparaissent simultanément… ainsi en focalisant notre attention sur l’idée d’un moi, nous nous réduisons à ce que notre pensée en déduit, en pense… en écoutant, en alimentant cette pensée nous ne voyons pas l’unicité vivante de l’Être, et l’unité déjà présente que nous sommes, nous nous divisons nous-mêmes en un moi « dans » un monde qui peut devenir heureux ou hostile !
Cela ne marche pas comme ça… il nous manque toujours quelque chose… nous sommes insatisfaits, malheureux et en perpétuelle quête d’unité !

Il y a une intelligence propre à la Vérité, avec une Sagesse qui agit en nous, nous connaissons cet espace lorsque nous nous laissons toucher par la beauté de la Réalité entrevue, par la justesse d’une situation subitement dénouée, c’est alors l’Amour que l’on goûte… une joie nous étreint, l’instant semble s’immobiliser… la confiance nous est naturelle…
Osons nous abandonner à cette constance… osons oublier notre incertitude en laissant l’intuition du coeur nous guider, laissons notre aspiration nous porter, laissons la Vérité et la confiance nous rejoindre sans l’interférence de toutes nos pensées asphyxiantes, nous n’aspirons qu’à lâcher notre référentiel imaginaire pour être en contact direct avec la vie !

Ce ne sont que des idées de doutes qui nous crispent et nous isolent… nous pouvons vivre détendus… goûtant cet inqualifiable bonheur d’être simplement là, ouvert, sans extérieur ni intérieur… tranquille, réalisant que nous demeurons juste ICI !

Le Retour

Sun rays passing through an open door
Laisse-toi aimer !
« Cette expression a deux sens.
Celui où l’on permet d’être rejoint et touché par l’amour qui est en nous.
Celui où l’on permet à l’amour en nous de rejoindre et de toucher les autres, ainsi que tout ce qui existe au-delà de nous » DM

Voilà,
De tout mon coeur, j’ai voulu accueillir la vérité de ces mots dans toute la profondeur de mon être… les laissant m’habiter entièrement, les portants intensément…
Je les appelais à la lumière, comme on se confie à son plus cher ami, et je percevais en moi comme un écho grandissant, comme une ouverture pleine de joie et d’amour, comme une offrande mutuelle…

Les mots ont commencé à s’éclairer d’eux-mêmes… à s’ouvrir vers moi, à vibrer en moi de tout l’amour qu’ils portent…
Oui, s’autoriser à ouvrir les bras, et y être rejoint par le Vivant Amour ! s’autoriser à ouvrir son coeur et s’y sentir « chez soi » porté par la confiance, comme dans le ventre de la Vie, le ventre de l’Amour, la Source coule en nous, et je m’étire dans ce bain de Vérité !
Ce n’est pas une expérience… on ne peut pas en sortir, nous y sommes… c’est concret, ressenti, vu, vécu, immédiat et permanent !

C’est un bonheur fou que d’être de retour à la » maison « …
Jamais éloignés… mais, ne voulant « faire qu’à notre tête » nous avons juste « rêver » à l’indépendance !
Jamais séparés… nous nous sommes simplement dépaysés le temps de voir combien le « retour » nous était vital !
Jamais abandonnés… mais enivrés par nos créations nous nous sommes « tourné la tête » avec des flots d’images et de croyances imaginaires !
Jamais repoussés… nous avons juste ignoré l’Amour qui palpite dans nos cellules et qui rayonne dans toute la création !
Que d’Amour ! que d’Amour !

Quelle Gratitude devant le Don de tant de Liberté !
La Liberté du détour !
La Liberté du retour !

C’est étonnant comment les écritures prennent vie ! « Le retour du fils prodigue » dans un texte des évangiles s’incarne et prend place dans notre réalité vivante – ( Luc 15-24)
Le Retour dans le giron de la vie c’est se laisser porter en voyant combien nous sommes unis et participant de ce monde !
C’est goûter sans interruption la vivante manifestation » Telle que C’EST »
C’est se détendre et se réjouir… l’illusion de tout porter, soi, les autres, le monde, sont oubliés sur le rivage avec nos rêves et nos peurs, nous voguons avec le courent, libre, simple, tranquille, seul, infiniment amoureux de la Réalité et totalement abandonné en Gratitude !

Être et Avoir

Underwater scene
Au fond de mon coeur… j’ai vu la pure enfance…
J’ai vu la première, la dernière, la douloureuse « trahison »…
J’ai vu la confiance s’écrouler… et la pensée se « former »…
J’ai vu la souffrance qui ferme, sépare et isole mon cœur…
Protection illusoire d’une histoire sans fin… qui débute par un constat-choc…

Je ne suis pas aimée… Je ne suis donc pas aimable !…
Mon coeur s’est refermé sur ce triste rejet… coupable d’exister !
La honte a aussitôt celé d’espoir mes premiers pas…
Et un monde virtuel accroché à mon coeur c’est alors mis en route…

Ce n’était pas hier… ni il y a longtemps… c’est maintenant, là, tout de suite !
Ce cœur blessé d’incertitude enfouie dans une histoire… qui espère échapper au poids de ses doutes, en rêvant d’en sortir…

Je ne suis pas cette histoire… Où puis- je donc aller ?
Je n’ai jamais subi de trahison…
J’ai confondu qui je suis avec ce que j’ai !
J’ai confondu Être et Avoir !
Aucune séparation ne peut nous isoler, l’Amour baigne dans l’Amour !
Dans le monde il n’y a que des circonstances qui se produisent…

Les toutes premières croyances passent inaperçues… moi, l’autre, ici, là-bas…
mais elles préparent au terrible choc du rejet … foudroyer d’un regard, foudroyer par l’absence, ou foudroyer par des mots… L’effet est le même !
Le cœur est Foudroyer ! Anéanti ! Je ne suis pas aimée !… mais qu’ai-je fait ?
… et la pensée se lève, crie souffrance… injustice… trahison… cherche des mots pour se justifier se confirmer et habiter le silence…
Les croyances se forment, protègent, rassurent… pour avoir la reconnaissance d’exister, un rôle se joue, un mensonge s’établit, celui de faire avec… et ses propres jugements se font impitoyables, pour « avoir » la paix, le bonheur et la joie… il faut faire, faire… parce que si je fais, j’aurais et… je serais…

L’intolérable et la soif de Vérité me placent devant l’évidence abrupte de rester là, de me poser et de Voir…
Je suis comme une page blanche… sur laquelle mon cœur avec les mots de ma pensée, et les croyances de ma pensée… a écrit un rêve et crée un rêveur avec une histoire…
Je ne suis pas cette histoire, ni aucune histoire, je suis Avant toutes histoires !
Je suis simplement le Vivant !

Je suis juste ce Coeur qui bat avec l’instant…
Avant tout… qui accueille sans rien garder, sans rien faire…
Qui laisse Aimer sans retenir…

Ça Vie… Ça Vie…
Ça Aime… Ça Aime…

La Vérité

005

NOUS SOMMES L’INSTANT PRÉSENT !

… Nous croyons en être séparés… nous cherchons donc à y revenir…

LA PRÉSENCE C’EST L’INSTANT PRÉSENT !

… Nous croyons nous en échapper… nous cherchons donc à y être…

C’est une constatation incroyable, et pourtant c’est la Réalité !
Être en « Live » c’est fondre dans l’immédiateté et Réaliser le VIVANT que nous sommes!
Nous ne pouvons quitter ni l’instant Présent ni la Présence… car nous le sommes !

Ma pensée est arrivée au coeur du non-retour,
elle a réalisé par elle-même avec certitude son in-existence,
son constat est son échafaud, et elle sait qu’elle a perdu la tête !
L’hydre est à terre, elle agonise silencieusement…

Au commencement… » l’adulte » nous à montrer comment associer l’image de notre corps à nous-même.
Avec notre pensée, nous avons figé cette représentation de notre corps dans notre esprit,
et nous le mettons en situation, nous lui faisons faire alors toute notre production hallucinatoire…
Nous l’actionnons, et nous créons un monde à notre » image »…

LA BONNE NOUVELLE !

Nous pouvons stopper le flux de notre rêve… en nous voyant simplement en train d’imaginer notre vie !

QU’EST-CE QUI EST VRAI ? Ici et maintenant !

« Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » a dit le Christ. Jean – 8/32